Valisette bucolique


Ce 11 mai l’atelier avait pour thème une petite valisette bucolique.

Transformée en aquarium, et en pays de contes de fées (ou tout comme) par mes soins…

Mais c’est quoi cette histoire?

Comme je l’annoncais dans un précédent article, un peu de retard dans mes aventures.

Mais il faut, il faut, raconter ce qu’il s’est passé dans cet atelier.

Alors, tout d’abord, prennons une valisette. Sur laquelle Flo a mis de la peinture.

Pour ceux qui ne suivent pas ou qui ont oublié dans l’intervalle, Flo, c’est la prof. La fameuse qui ne sait pas que le mercredi 19 octobre tombe cette année le 18 décembre. Enfin, je dis ça comme ça, c’est pour situer.

Or donc, Flo a mis de la peinture sur la valisette de bois. Bleue pour moi. La peinture.

Question d’un élève: c’est quoi comme peinture ?

Réponse: c’est de la peinture, genre j’ai rien sauf de la peinture.

On ne peut l’inventer.

D’aillleurs, pour ceux qui ne suivent pas ou qui ont oublié dans l’intervalle, je ne relate jamais rien sur ce site qui ne se soit réellement passé, ou qui n’ai réellement eu lieu.

Par contre, j’évite de dire qui a dit quoi, ou qui a fait quoi, pour ne mettre personne dans l’embarras. Sauf Flo, bien sûr, car elle a un statut particulier… (mais des fois, je dis pas que c’est elle, mais c’est elle). Et des fois, je cite les personnes sous pseudonyme. Et des fois, je m’en souviens plus…

Un peu comme cette histoire de musique, ou un(e) élève a expliqué qu’on allait faire une choré dessus. Et un(e) autre de poser la question qui tue:

  • du Nord, ou du Sud ?

Là, c’est l’exemple typique qui illustre le cas précédent. Celui où je sais plus qui a dit quoi, mais ça a été dit.

Dans le même genre, en parlant de je ne sais plus qui, je ne sais plus qui non plus à dit:

  • Elle est sur Lalaland…

Et l’innénarable (toujours en parlant de quelqu’un…)

  • C’est une bonne pâte… polymère

Bref.

Donc, sur la valise étaient attendues des formes.

Nous fimes donc moults formes.

Comme je suis un roi de la forme, j’ai fais pleins de formes. Dans 2 univers.

Un premier, car la prof l’avait suggéré, en bon élève consciencieux que je suis, dans l’univers des poissons. Normal, ma valisette est bleue…

Et oui, je suis un élève consciencieux.


La version poissons…

Mais finalement, moi et les poissons… Faut dire ce qui est, c’est pas ça.

Tiens, d’ailleurs, bucoliques les poissons?

Ah oui, on perdu de vue le fait que le thème était des valisettes bucoliques. C’est à dire, si on se rapproche de la définition, qui appartient à la poésie pastorale.

Pastoral, c’est à dire qui retrace ou évoque la vie, les mœurs des pasteurs, des bergers.

Précisons que Flo avait prévu de nous faire faire des fleurs, ce que firent mes coreligionnaires. Mais moi, les fleurs, c’est pire que les poissons, c’est pas ça.

Il est clair que finalement, les poissons, c’est pas très bucolique.

Ou alors, les poissons des petits ruisseaux de montagne, à la limite. Mais j’ai pas l’impression que mes poissons soient très montagnards.

Donc, non, les poissons c’est pas ça. Alors je suis parti dans un univers autre, plus proche de celui qui m’occupe beaucoup en ce moment, celui de mon fils.

Un univers de contes et autres petites et belles histoires qui mettent en scène des renards, des loups, des cochons…

De ces histoires qu’on lit tous les soirs avant le dodo du soir. Non pas qu’on les lise toutes tous les soirs, hein, non. Mais tous les soirs on en lit une. Souvent la même d’ailleurs, plusieurs soirs de suite.


La version contes…

Sont ici illustrés trois histoires.

On pourrait jouer au jeu de quelles histoires mais ce serait trop facile…

Allez…

En haut à gauche, c’est bien sûr la fameuse roule galette, avec la galette, le lapin et bien sûr le renard (celui qui mange la galette…). Bon, pour diverses raisons, je n’ai pas fait le loup, ni le gros ours, ni les deux vieux…

Au centre, quelques coccinelles. Oui, là, c’est juste parce que mon fils adore les coccinelles. Et qu’il évoque un peu le très joli livre dix petites coccinelles. Evoque seulement, vu qu’il n’y en a que 6…

Pour en bas à droite, c’est facile.

Si, pourtant…


Le loup et un des trois petits cochons… Attention!!!

Allez, un petit indice ?

Il était une fois, trois petits cochons…

Ah, ben quand même!

D’ailleurs, la photo n’en montre que trois, mais ils ont eu tellement de succès que j’en ai fais pleins que j’ai offert aux unes et aux autres…

Voili voilou, un bien bel atelier…

PS: pour ceux qui s’étonnent de voir une valise avec deux univers, je vous rassure. Les formes n’étaient tout simplement pas collées…

3 commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

PS: il peut vous paraître étrange de cocher la case précisant que vous n'êtes pas un robot...
Mais ceci est lié à la lutte contre le spam, hélas inévitable sur un site en 2021...