Résine 2 (suite)


Ce mardi 9 août, passage au bureau pour voir ce que donnent mes expériences de résines. Pas de surprises (ou presque).

L’occasion aussi de prendre une grande décision concernant mon avenir immédiat avec la Fimo !

Concernant le test de résine fait il y a peu, pas de surprise, le résultat n’est pas terrible. En ce sens que je ne m’attendais pas à ce qu’il le soit, étant entendu que c’était un test. L’occasion surtout de me (re)lancer dans la résine, tester la Cléopatre, et le comportement de différentes matières immergées dans la résine.

La résine est un produit qui m’intéresse. Transparence impécable (sauf quelques bulles, mais me manque un coup de main), solide, simple à travailler, pas hors de prix pour peu que vous ayez un bon fournisseur (moins que la pâte d’argent, gloups)… et qui peut se mélanger à de la Fimo pour des finitions intéressantes.

Je ne parle pas des essais ci dessous. D’une par car la première photo est floue (vive ce joli mois d’août qui nous fait penser à des journées de novembre), et d’autre part car ceci est un essai (je me répête ? Non ? Faut me le dire…)


Et en plus, les photos ne sont pas terribles…

Globalement, ce que je redoutais est arrivé, les inclusions sont descendues pour se rapprocher du bord. Par contre, et c’est une bonne surprise, aucune n’a quitté la résine pour coller au moule. Donc, tout est inclu dans la résine, ce qui est une bonne chose.

Autre constat sans surprise non plus, la Fimo crue se comporte très bien dans la résine. Sauf surprise au vieillissement, et je ne vois pas ce qui provoquerait ces surprises, cela peut éviter de la cuire. Economie d’énergie de four en perspective (j’allais écrire gain de temps, mais avec la résine, il ne faut pas être pressé).

On ajoutera plusieurs remarques.

  • Que tout corps immergé dans la résine peut avoir un intérêt (transparence, loupe, reflet…).
  • Que le moule fait beaucoup. D’ailleurs, en parlant du moule, j’ai l’impression qu’il a un peu morflé le mien: plusieurs morceaux se sont détachés, sorte de miette de silliconne (ou du revêtement de brillance), à étudier de près.
  • Que la Cléopatre ne poisse pas une fois sèche, et ne produit aucune odeur, ni au moment de la mixture, ni une fois sèche (contrairement à la GTS Pro Solo Plast testé il y a quelques temps).

Bref, tout ceci est prometteur.

Concernant la Fimo, et je rassure mes fans, pas question d’arrêter pour tomber à 100% dans la résine. Au contraire. Il s’agit plutôt de ramener chez moi un kit minimal du fimoteur, me permettant d’en faire quand bon me semble à la maison (sans que cela ne prenne trop de place), et de laisser au bureau le gros du matériel et du stock de matière.

Et donc, si tout va bien, prochainement ici même, des nouveautés en Fimo. Bien sûr, la notion de prochainement n’engageant personne, cela va dépendre si le mois de novembre continue ou si on commence réellement l’été d’ici peu (et dans ce cas, l’ambiance sera plutôt aux sorties avec le p’tit).

A lire sur D'W

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

PS: il peut vous paraître étrange de cocher la case précisant que vous n'êtes pas un robot...
Mais ceci est lié à la lutte contre le spam, hélas inévitable sur un site en 2019...