Achats Fimo (3) – compléments matériel


Faire des bijoux en pâte polymère (Fimo…) suppose de s’équiper un minimum. En matériel, et en pâtes bien entendu. Je commencerais donc par une série de posts sur les investissements de base, puisque c’est par là que j’ai commencé…

Dans ce troisième volet, le matériel de complément, moins indispensable mais qui peut s’avérer utile rapidement.

Je n’ai pas encore tout testé, mais déjà certaines limites sont atteintes avec mon équipement de base. Et donc je commence à le compléter (ou envisager de le faire).

Ce que je vois dans un premier temps.

Outillage

Des apprets de bijoux pour assembler pendentifs, perles, bagues… On trouvera pléthore d’accessoires, tels des anneaux, supports de bagues, de boucles-d’oreilles, embouts, fermoirs, clous, tiges métalliques… Ne pas hésiter à visiter la boite à couture, il y a souvent des rebus intéressant, dont des fils…

Du vernis, qui permet d’obtenir une belle finition. Un peu de peinture pour des petites touches de couleurs. De la colle pour assembler des pièces. Des pinceaux de nuiront pas. Le tout à poser après cuisson – ou tenir compte des 110°… Et sans oublier que le polymère peut être attaqué par certaines matières (a tester donc sur des chutes, mais lire les modes d’emploi)

Une mini perceuse / ponceuse / lustreuse… Pour percer, poncer, lustrer… La Dremel est la plus connue, mais il existe des alternatives moins chères.

Royaume de la débrouille

Dans de nombreux cas, un peu d’imagination et de recyclage permet d’éviter d’investir dans des équipements parfois couteux. L’imagination au pouvoir !

Des emportes pièces, il en existe des tout fait, mais qui sont assez couteux. Quitte à investir, j’ai choisis les ronds (les carrés et rectangles sont plus faciles à faire à main levée), mais tout est question de budget. J’ai testé l’emporte pièce improvisé dans un bout d’alu découpé, mais pas terrible. On doit pouvoir faire mieux en artisanal… Il faut que je me replonge dans mon vieux Mécano, il y a surement des pistes intéressantes.

Des matières alternatives à incruser dans la pâte, pour obtenir des couleurs et effets spécifiques : sables, pierres, coquillages, graines, plumes, herbes, épices, bouts de trucs et de machins… Certains se marieront bien avec des pâtes translucides, d’autres avec des couleurs. Vérifier que cela ne pose pas de soucis à la cuisson.

Des textures pour donner des effets de reliefs. Tout est permis : feuilles d’arbres, tissus, grilles métaliques, rape à bois appuyée, tampon… Et on retrouve les précédents : coquillage, graines, plumes, trucs et machins…

Entre la cuisine, la boite à outils, les coffres à jouets, le jardin, la plage, les sources ne manquent pas.

4 commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

PS: il peut vous paraître étrange de cocher la case précisant que vous n'êtes pas un robot...
Mais ceci est lié à la lutte contre le spam, hélas inévitable sur un site en 2019...