Grille de vernissage


Pressé de toutes parts par quelques fans (qui se reconnaitront sans doute), me voici dans l’obligation de finaliser quelques pièces à brève échéance…

J’aime cette pression finalement, qui me force à le faire, car pour l’heure finalisation et montage ne sont pas tout à fait mon truc.

L’occasion de vous présenter un petit bricolage maison, ce qui va devenir ma fameuse grille de vernissage!

Après le fiasco précédent, et après quelques heures de ponçage, ce fut atelier vernissage… Autant le ponçage nest pas passionnant, mais le vernissage non plus. Mais avec l’avantage de ne pas être aussi ingrat.

Ci dessous une photo de l’atelier vernissage, au vernis glassificateur Cléopatre. Autant si on en mets trop c’est un massacre, autant si on suit la règle de base (une fine couche à la fois, mais plusieurs couches) ben ça se passe plutôt bien. En l’occurence, il est sec au touché en une petite demi heure, ce qui permet d’enchainer les couches tout en faisant autre chose…

Pour les perles, j’ai pris la technique du pic-en-bois et hérisson, mais en les plantant sur une grille de métal. J’avais monté ça il y a quelques temps pour tester du wire, mais la grille n’est pas plane et pas assez régulière pour ça.

Par contre, pour planter des pics de perles, c’est que du bonheur ! Coût de fabrication quasi nul : un vieux porte revue Ikéa un peu tordu (la grille, donc), quelques chutes de tasseau de bois, et des agraphes… Non négligeagle, il peut passer au four (et donc servir sans doute à la cuisson des perles…)

Pour le montage, c’est simple :

  • découpage de la grille en deux rectangles identiques (ça peut être des carrés, mais évitez les ronds, moins pratiques pour faire le coffrage)
  • disposition des tasseaux en rectangle, préalablement sciés à la bonne taille, et posez la grille dessus
  • agraphage sauvage mais régulier d’un côté (attention à ne pas mettre les agraphes trop près les unes des autres pour ne pas fendre le bois)
  • on retourne le tout, et agraphe de l’autre côté
  • et zou, fini. Ah si, j’ai rajouté des gros clous d’un côté, pour faire des pieds et surélever le tout.

Entre ces quelques explications et la photo…

Bien sûr, après le séchage, cela ne va pas sans problème. Le vernis a légèrement coulé le long des pics. Conséquence, certaines perles et pics en bois sont collés les uns aux autres, impossible à séparer. Il va me falloir ressortir la perçeuse, en espérant que rien ne se casse.

Encore un truc que j’aurais sans doute pu prévoir, mais comment l’éviter ?

5 commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

PS: il peut vous paraître étrange de cocher la case précisant que vous n'êtes pas un robot...
Mais ceci est lié à la lutte contre le spam, hélas inévitable sur un site en 2019...