Fournée 44 – sorte de mokumé, poisson…


Prenant le contre pied de mes méthodes de travail habituelles en ce samedi 27 février, j’ai décidé d’aller à l’essentiel, sans me disperser.

Précision, efficacité.

En translucide, rouge, argent, paillettes…

D’habitude, quand je fais atelier à la maison, je procède ainsi : je sors tout le matos (et il commence à y en avoir), je m’étale, je m’étale. Souvent avec une idée en tête, mais rien de précis, et à l’arrivée je me disperse. Et m’obstine à ne pas laisser trop de pâte beurk, donc me force à finir ce qui est sorti, ce qui donne souvent des pièces… aléatoires.

Méthode qui me plait assez, puisqu’elle laisse la place à l’expérimentation. Oui mais, pas trop à la production efficace… Donc, ce matin, après une bonne nuit de sommeil (rare en ce moment), je me lance dans une nouvelle approche.

Un projet (un tuto trouvé sur le net, issu de Sculpey.com dont je me suis éloigné un brin quand même), un seul pain de pâte (et attention, translucide, même pas de couleur), et je sors le matos uniquement nécessaire (à peu de chose près).

Une sorte de mokumé

Première phase le matin : faire une plaque translucide, la peindre en rouge et laisser sécher. Du coup, opération Rougié Plé pour acheter des feuilles d’argent qui me manquaient (et bien sûr pleins d’autres trucs). Puis virée avec Virginie dans diverses boutiques, petit restau… et retour à l’atelier.

Dispersion de paillettes diverses et variées (idée donnée par Florence, qui en vend dans sa boutique, là où le tuto parlait plus de Pear’ex), roulage en boudin, petite réduction, passage au congélo… Découpage, formation de perles. Mission terminée. Et cuisson bien sûr.

Je suis un peu déçu que ça ait viré à l’orange / saumon (j’attendais du rouge, même si avant cuisson c’était rose) et que ce ne soit pas tellement translucide ; on voit à peine l’argent. Par rapport au tuto rouge vif… Comme j’ai pris la même peinture, c’est sans doute le choix des paillettes qui a fait virer la couleur. La série de pointes à droite fait très carottes, je vais peut être les retravailler pour les transformer en carottes en ajoutant des feuilles… Quand aux perles de gauche, elles serviront peut être au montage du poisson (voir ci après).

Moulage expérimental

Et avec les chutes, ben là oui, j’expérimente (on ne se refait pas) !

Avec la souris (peu visible) et le poisson, nouvelle technique de moulage (enfin pour moi), à creuser car le résultat est superbe et très simple. Idem pour la demi sphère, prométeuse. On évite de parler du tas de gauche, empilage de restes, bof bof.

Mes fans apprécierons : comme j’ai été assez rapide (puisque pas perdu de temps à me disperser), j’ai rangé le matos pendant la cuisson, et aussitôt froid fait du ponçage et vernissage de quelques pièces, dont le poisson et quelques uns issus de la fournée 43…

Que j’essaierais de vous présenter après montage 🙂

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

PS: il peut vous paraître étrange de cocher la case précisant que vous n'êtes pas un robot...
Mais ceci est lié à la lutte contre le spam, hélas inévitable sur un site en 2019...