Fleurs diaphanes


Samedi 21 avril, atelier fleurs diaphanes en pâte polymère.

L’occasion de faire des fleurs très sympathique, dans une ambiance totalement déjantée. Nous avons atteinds des sommets de rigolade tout en sombrant dans le n’importe quoi… Enfin!

L’ambiance est importante dans ces ateliers. Il se murmure que certain(e)s viennent surtout pour l’ambiance. Pas pour apprendre des choses. C’est bien sûr faux, on apprends toujours des trucs. Quand à l’ambiance, il faut le reconnaître: c’est un critère important.

En tant que formateur moi même, je sais bien que rigoler est un bon vecteur d’apprentissage. En tant que papa au foyer aussi: si bébé ne rigole pas assez, il faut que je le punisse pour… euh, non, je dis n’importe quoi.

Mais ça fait une bonne introduction: le grand n’importe quoi.

D’ailleurs…

Je disais en introduction:

Attendre des sommets… en sombrant…

Je vous laisse apprécier un instant cette réflexion…

bon…

Enchainons.

Tout a commencé au commencement (?) c’est à dire dès le début, par une foire aux tampons, pour tamponner les cartes de fidélité. Entre ceux qui n’en avaient plus, qui l’avait oublié, qui l’avaient bien mais pas tamponné depuis une éternité. Pour ceux qui n’y étaient pas, cela m’a évoqué le sketch du train de Chevalier & Laspalès, quand l’un des deux tamponne comme un fou (vers 7:30, mais savourez l’ensemble). Evoqué seulement.

Je passerais sur le demi frère qui fait le double dont je ne me souviens plus du contexte, pour m’attarder sur les profondeurs, avec une réflexion qui a fusé:

Profond ou pas profond le trou… je la sentais pas comme phrase…

C’est vrai que c’est le genre de phrase qu’un esprit tordu et mal intentionné pourrait reprendre sur son blog pour la tourner en dérision.

Heureusement, il n’y a à ces ateliers personne qui corresponde à ce profil.


Oeuvres de toute la bande…

Dans le même esprit (tordu et mal intentionné), j’ai noté une réflexion de XXX (le prénom a été changé) qui a détecté dans mon choix du bleu, où j’y voyais plutôt un bleu layette:

On dirait du papier toilette.

Le genre de remarque qui fait rire tout le monde et qui fait fuser les réflexions absurdes pendant toute la séance.

Nous frolâmes même parfois l’univers scatologique.

Froler bien sûr, on est pas comme ça.

On aurait pu croire que cela ferait peur à la ch’tite nouvelle, mais non. Non contente de s’adapter (et devenir parfois un brin fayote, si, si) elle a demandé sa carte de fidélité (tamponnée), et le planning des prochains cours.

J’vous jure…


Zoom sur mon collier… en papier toilette ?

On le dirait pas comme ça, mais c’est simple à faire, tout en étant assez technique. Et avant le final, on imagine mal ce que ça peut donner.

Pendant la cuisson, les fidèles de ce bog le savent, je ne résiste pas au plaisir de faire un lutin avec les restes de pâte.

Là, je sais pas trop pourquoi, je sentais mal un lutin diaphane… Et en relevant la tête, je vois MissJ (le prénom a été changé) en train de faire… un lutin!!! Non?

Alors ça, c’est pas possible ça… Elle ne le fera finalement pas cuire.

J’ai donc craqué; mais en panne d’inspiration lutinesque, me voici à faire une tête de lapin. Pourquoi, je l’ignore. Un peu plus tard, Lucette (le prénom a été changé) glisse sur mon bout de carrelage un lapin avec sa carotte. Sans se concerter… et pour s’excuser de m’avoir injurié.

Car elle m’a injurié. Bon, ça, je vous raconte pas l’anecdote, ce serait trop long, et dans cas cas là on dit ta gueule (bon, ça non plus, en même temps, je l’ai pas frappé pour de vrai).

Bref…


Duel de lapins… fraternels

Que dire de plus… Finir par cette réflexion profonde?

C’est clair, ça fonce.

Ben oui…

Oh, j’allais oublier: les cannelés de RainbowCat furent très appréciés.

A lire ailleurs

11 commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

PS: il peut vous paraître étrange de cocher la case précisant que vous n'êtes pas un robot...
Mais ceci est lié à la lutte contre le spam, hélas inévitable sur un site en 2021...