Ecritoire dragon


Quelques jours seul à la maison, femme et enfant chez Mémé…

J’en profite pour sortir les outils et bricoler un petit écritoire pour mon fils de 4ans. On pourrait d’ailleurs parler de plateau à mettre sur une vieille table de nuit, mais écritoire est un plus joli mot.

En fait l’objectif est multiple:

  • Protéger la table (c’est un peu tard)
  • Protéger les branchements à proximité (l’empêcher par exemple d’aller récupérer un crayon tombé par terre derrière)
  • Avoir une surface lisse (car comme la table est abimée, ce n’est plus le cas), ce qui est plus sympa pour dessiner
  • Créer un coin agréable pour l’inciter à dessiner, (apprendre à) écrire, d’où l’idée de ne pas se contenter d’une planche de plexiglass

Comme en ce moment, il aime bien les dragons et les pirates, j’ai orienté mes recherches dans ces directions. Pour les pirates, je pensais à un bateau, mais me lancer dans les découpes d’un voilier, chaud…

Donc dragon.

Matériaux utilisés:

  • Une plaque de plexi blanche, assez grande (70×70 cm environ). Trouvée au BHV, au rayon chute de découpe, pour la somme modique de 5€… Petite astuce, si vous n’avez pas des dimensions précises, il vaut mieux aller voir les chutes que de faire une découpe sur mesure, cela fait… chuter les prix.
  • Un bout de tasseau de bois, pour caler la plaque de plexi
    (recyclage, donc cout zéro)
  • Quelques vis (en stock, cout zéro).

Donc le tout pour 5€…

On pourrait ajouter le fait que j’ai du racheter une lime à métal, mais on va la passer dans les frais généraux…


La table / le travail informatique

En partant de plusieurs modèles trouvés sur le net, j’ai pris mon logiciel de dessin préféré (InkScape) pour affiner par rapport aux dimensions, et contraintes (avoir une aile assez grande pour masquer un peu le trou).


Une paire de ciseau / on reporte les contours

Après impression, un travail de découpe.

Puis d’assemblage, le modèle s’étalant sur 2 pages A4.

Et puis on fixe le patron avec un peu de scotch sur la plaque de plexi, et ne reste plus qu’à reporter le modèle au feutre (note pour plus tard, j’aurais sans doute du le faire au verso, mais le plexi se nettoie bien donc pas grave).


Découpe, limage grossier

Le plus dur du boulot, la découpe.

Au départ, j’ai essayé de faire à la Dremel, avec une pointe ronde. Efficace, mais limite trop, le plexi a tendance à fondre, ce qui ne fait pas des découpes très nettes.

Du coup, j’ai opté pour la découpe avec une paire de ciseau épaisse, sauf dans les quelques arrondis, l’oeil par exemple, ou la Dremel reste indispensable.

Un petit passage de lime à bois, pour s’appercevoir qu’il ne faut pas utiliser une lime à bois, ou du moins pas une trop grosse.

D’où une petite pause pour aller chez casto, investir dans une lime à métal (j’en avais une mais elle a rouillé) pour la somme reccord de 2€… mais comme elle me resservira je ne la compte pas dans le budget dragon.


Limage fin / assemblage

La lime à métal est plus précise, plus fine, et très efficace! J’ai pris un modèle arrond d’un côté et plat de l’autre, ce qui permet de passer partout.

L’assemblage est un jeu d’enfant (enfin, de papa) par quelques vis fixées sur les bouts de bois.


Ta-daaaa !

En quelques heures de travail d’un jour gris, l’écritoire est en place. Pas encore vu la réaction du gamin, mais je suis sûr qu’il devrait aimer.

A suivre un jour, un porte crayon (j’ai laissé de la place entre la tête et l’aile pour le fixer, mais faut trouver un modèle – ou le faire…)

2 commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

PS: il peut vous paraître étrange de cocher la case précisant que vous n'êtes pas un robot...
Mais ceci est lié à la lutte contre le spam, hélas inévitable sur un site en 2019...