Artsy


Ce 16 novembre, un atelier où nous avons caressé des trous pour faire des formes. Si…

Ce qui n’est pas du tout étrange ni déjanté.

Quoique…

Je continue de tenter de rattraper mon retard, pour narrer mes aventures, et celle de mes compagnes au pays de la Polymère.

Pourquoi s’acharner, presque 6 mois plus tard?

Car il y a des choses qu’il faut dire.

Si.

Ce silence n’a que trop duré…

C’est au cours de cet atelier que nous avons fait connaissance avec Jess La Belge. Un peu comme une belge, qui s’appelle Jess.

Ce qui avec notre prof franco-belge nous fait un pourcentage de belge plus élevé que d’habitude…

Je ne sais si cela a un rapport, mais nous nous sommes embarqués dans de nombreuses discutions et délires.

En fait, celà n’a aucun rapport car il y a toujours des délires. Et des discussions. Et les deux bien sûr…

Dont la mise en place du mouvement de libération de la pâte polymère.

Car la pâte doit s’exprimer, elle a des choses à dire…

(reste à savoir quoi, c’est assez flou en fait).

Nous avons également été a constater au fil de l’avancement de nos projets, que Rose a un ver qui se balade dans les cheveux. Qui est devenu, une réplique ou deux plus tard, un truc qui se balade. Quand on apprendra d’ici peu que Truc fut mon surnom, on peut se poser la question de ce que je peux faire dans les cheveux de Rose…

Truc mon surnom? Ben oui…

Car notre éminent professeur, dont on sait la passion des prénoms (et surtout de la mémoire des prénoms associée aux personnes présentes) a lancé à Rose un célèbre: partage la couleur avec Truc. Moi donc.

Et fatalement, les esprits bien placés étant absent, ne restent que les esprits mals placés. D’où la réplique fatale: Rose et Truc font des choses ensembles

Ce qui, hors contexte et 6 mois après ne peut que faire jaser.

Bien sur, mon esprit de narrateur ne peut pas associer ces choses là aux techniques utilisées ce jour là, consistant (en résumé) à faire des trous et à les travailler comme il se doit (je n’en dis pas plus pour ne pas dévoiler des secrets de fabrication de Flo).

Ni, plus que nécessaire, mettre en avant la réplique qui va suivre:

  • Il faut le faire refroidir avec le trou derrière.
  • Mais… le trou est devant !?

Tous fous?

Mais non…

Non, non…

Non!

Pas tous…

A l’arrivée, nous avons produits quelques éclats de rire (surtout) et aussi, en ce qui me concerne, ces pendentifs:


Les photos ne rendent pas grand chose en fait…

On dirait, avec cet éclairage assez mauvais, des moules de Zélande.

Ce qui nous ramène à Jess la Belge, que je salue en passant…

3 commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

PS: il peut vous paraître étrange de cocher la case précisant que vous n'êtes pas un robot...
Mais ceci est lié à la lutte contre le spam, hélas inévitable sur un site en 2019...