2015, année de tous les changements


Du retard, du retard, mais pour une fois j’ai une raison. Une bonne.

Enfin, plusieurs même!

Nous avons déménagé; au revoir Paris, bonjour banlieue!!!

Cela faisait un moment que l’on se disait: c’est petit chez nous. Depuis l’arrivée du petit surtout.

Mais tenant compte des avantages liés à l’appartement, nous restions sur place.

Avantages non négligeables:

  • Dans un Paris bien desservi en transport (à 1 minute à pied de la gare St Lazare, donc métro, RER, bus…)
  • Dans un quartier plutôt sympathique (9ème arrondissement)
  • Commerces, école, bureau… tout à proximité
  • Et accessoirement, car appartenant à mes chers parents, absence de loyer…

Ce dernier point étant bien sûr un aspect très important dans la balance.

La situation, relativement stable, était cependant parfois pénible.

Vivre à 3 dans deux pièces pour un total de 35m² représente quelques avantages (nous sommes proches les uns des autres) mais également quelques inconvénients (nous sommes trop proches les uns des autres).

Impossible de s’isoler (on est forcément au moins 2 dans une pièce), ce qui pose quelques soucis.

Passons sur le fait qu’à 40 ans passés, déplier son canapé-lit tous les soirs (le p’tit a récupéré la chambre) est pour le moins pénible; surtout qu’il faut le replier le matin.

Mais stable… et pas de loyer…

Évolutions…

La situation a cependant évolué, nous forçant à bouger. Les critères sont multiples…

A force d’être proches, on se sent les uns sur les autres, et au bout d’un moment ça saoule… Et du coup, tensions, cris & hurlements…

Le p’tit est de moins en moins petit, et prend de plus en plus de place. Pas en lui même, mais surtout avec le bazar qu’il traine (jouets, livres, vêtements…) Ça le force à ranger tout tous les soirs (habitude qu’il a gardé, pour le moment du moins) mais est parfois difficile à vivre pour tout le monde. D’autant que son terrain de jeux dans la chambre mesure un mètre sur 2, ce qui est peu; il envahit donc l’autre pièce, nous laissant mathématiquement moins de place.

L’environnement a baissé. La rue, qui fut un temps un haut lieu de la prostitution parisienne s’est bien améliorée, la prostitution et les sexshops ont quasi disparus. Ce qui est un mieux. Mais du coup, sont venus s’installer d’autres commerces, entre autre en bas de notre immeuble. En l’espèce, des restaurants asiatiques. Qui, pour l’un d’eux à une notion d’hygiène pour le moins déplorable, et pour l’autre à eu une idée géniale: mettre la cuisine au premier étage. Pour nous qui habitons au deuxième, cela signifie bruit, odeur… et car l’hygiène n’y est pas terrible, remontée de petites bêtes désagréables…

Non des moindre, la santé de mon épouse à évolué. Elle utilise désormais de plus en plus souvent un fauteuil roulant pour se déplacer. Manuel (je pousse) il lui redonne la possibilité de sortir sur de longues distances, comme faire des courses ou aller au restaurant (choses que nous ne faisions plus depuis un bail). Mais en matière d’autonomie, ce n’est pas top. D’autant qu’une méga marche à l’entrée de l’immeuble combinée à un ascenseur parisien (très petit) empêche l’espoir d’un fauteuil électrique… Critère crucial.

Et tout bien pesé (après quelques calculs savants), nous gagnons correctement notre vie l’un et l’autre, nous pouvons donc envisager un loyer…

Changement(s) de situation(s)

Nous avons donc pris la décision de bouger.

La recherche de l’appartement idéal est passé par plusieurs phases.

Commençons par définir les critères minimums:

  • Rester dans Paris
  • Loyer raisonnable
  • Appartement aux normes accessibilités
  • Proximité commerce/école/transport

Les deux premiers critères sont impossibles à combiner. Nous avons effectué quelques visites dans Paris intramuros, et avons constaté que pour un prix raisonnable (par rapport à nos calculs savants évoqués ci dessus), nous ne pouvions guère obtenir qu’un appartement plus petit que ce que nous avions. Ou dans des quartiers que l’on préfère éviter (voir remarques ci après). Le premier point est donc rapidement devenu proche de Paris

Le critère le plus difficile est sans doute de trouver un appartement qui soit aux normes d’accessibilités. En ce qui nous concerne, cela veut dire: entrée de plein pied, portes larges, grand ascenseur, espaces intérieurs larges (tout ça, pour la circulation en fauteuil). Et si nous avons trouvés quelques trucs qui pouvait convenir, un aspect est rarement présent: l’accessibilité de l’environnement. Car oui, nous avons vu des choses absurdes: un appartement aux normes, idéal, mais dans un quartier où les trottoirs sont trop étroits pour tenir en fauteuil… Si, ça existe!

Bien sûr, souvent loin des transports en commun, ou avec des lignes de bus elles même pas au norme (chose hélas assez fréquentes). Ou loin de l’école (les distances sont beaucoup plus longues quand on les fait en fauteuil…)

Donc une veille intensive sur Internet, pas mal de visites et autant de déceptions…

Victoire!

Mais au bout d’un moment, nous avons trouvé la perle rare.

appartement

Un appartement que l’on peut dire idéal:

  • Proximité Paris/transport: à La Garenne Colombes (train pour Paris, Tramway pour La Défense, Bus pour Paris… le tout à quelques pas)
  • Appartement aux normes
  • Quartier refait complètement avec l’arrivée du Tramway, donc trottoirs larges, pentes douces pour traverser…
  • Proximité école (primaire à 2 minutes à pieds, secondaire à 4…) maman est déjà allé cherché le p’tit. École qui est d’ailleurs plutôt agréable.
  • Commerces pas très loin, marché 2 fois par semaine fabuleux (un peu cher peut être)
  • Loyer dans nos critères
  • Voisins discrets, mais qui semblent sympathiques

Certes, il ne fait que 55m², mais cela change notre vie. Une chambre de plus, et des volumes plus important partout. Plus grand ce serait plus cher certes, mais surtout plus fatiguant pour mon épouse. En bonus, un balcon très agréable…

Comme l’année est riche en rebondissement, j’ai trouvé un bureau à proximité, pour remplacer celui que j’avais (et qui du coup devenait un peu loin). Un chouïa plus grand, pour un tarif comparable. Du coup, deuxième déménagement (plus modeste). Et il est vrai que d’aller au bureau à pied, en 2 minutes… Je n’y vais pas très souvent étant souvent en clientèle, mais quel bonheur! Accessoirement, il me sert à stocker le surplus de bazar de la maison.

Que dire de plus? Que tout ceci nous laisse envisager le fauteuil électrique, et du coup de l’autonomie réelle pour ma femme. Qui devrait si tout se confirme l’obtenir avant la fin de l’année…

Vive 2015!

 

PS: Tout ça pour dire que j’ai du retard dans mes publications Don’t Worry, mais on va essayer de s’y remettre…

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

PS: il peut vous paraître étrange de cocher la case précisant que vous n'êtes pas un robot...
Mais ceci est lié à la lutte contre le spam, hélas inévitable sur un site en 2019...