Fournée 34 – Klimt, mica shift…


La fournée du dimanche 5 avril 2009 est une fournée qui a eu chaud. Pas au sens température, mais elle a failli ne jamais aller au four.

Tellement tout allait de travers…

Et puis finalement…

Il y a des jours comme ça où, au moment même ou je sors mon matériel pour fimoter, je me dis que je ne devrais pas. Fatigué, pas tant inspiré que ça… Même si j’ai préparé un objectif de travail (quelques croquis de ce que je veux faire ou technique à essayer), ben ça vient pas. Et quand ça vient, ça vient mal… C’est bien sûr dans ces cas là que la pâte beurk s’accumule.

Tout à commencé avec le cloisonné (n°8), à base de fil d’argent, de Fimo liquide et de deux gouttes de peinture. Fil trop fin, mal joint, posé sur une plaque (très) légèrement en pente, et avec un bout d’essuie tout qui s’envole pour atterrir dessus… Un peu plus et  il finissait direct à la poubelle. Et pourtant, après cuisson, Virginie (mon épouse) l’a trouvé joli. Si, si…

Et puis je me suis lancé dans un Mica Shift (n°5) mon premier. Je crois que c’est le nom. Une plaque épaisse de noir, une de nacre fine, un coup de texture, et on scalpe. Déjà, la texture n’est pas tip top (je n’en ai pas encore des masses). Pour le scalpage, j’ai eu du mal a extraire 3 pièces (celle du haut est faite avec les chutes de scalp inversées), mais j’ai produit du beurk en stock.

Et puis, je me suis lancé dans la fabrication de faux bois. J’avais beaucoup de chocolat usagé en stock (pas pur, avec des mélanges aléatoires) que je ne voulais pas laisser finir en pâte beurk aimant assez ces couleurs. J’en ai fait à l’arrivée de la pate beurk, mon faux bois a foiré. On en apperçois un bout en bas du n°6. Mais bon, encore de la pate beurk couleur chocolat, j’ai bon espoir d’en faire quelque chose un jour.

Histoire de me détendre, je me suis dit, tiens, un coup de Bargello que j’affectionne. Et, sentant que j’avais du mal ce jour, je décide de le faire à base de restes de couleurs (jaune/or et vert). Bien m’en a pris, c’était pas du tout joli. J’ai juste extrait quelques rayures (en haut du n°6), qui font plus penser à la culotte d’Obélix qu’à autre chose… Et une pile de beurk aux couleurs… euh… jaune, or et vert…

Un peu agaçé quand même, je prends les restes du Mica Shift (noir & nacre) et de la culotte d’Obélix (jaune, or, et vert), ajoute un peu de nacré (beaucoup) et me lance dans une cane Klimt, difficilement ratable. Elle deviendra pourtant trop sombre d’un côté (n°1 et 3), et claire de l’autre (n°7) rendant difficile son exploitation… Coupé dans la hauteur, quelques rayures intéressantes (n°2, et encore). Et avec la Klimt sombre, et du noir (bien nacré), quelques perles moebius. A l’arrivé, un peu trop sombre (surtout sur la photo) mais finalement sympa.

Bref, à part l’envie de rechercher du côté des cloisonnés, une petite journée…

2 commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

PS: il peut vous paraître étrange de cocher la case précisant que vous n'êtes pas un robot...
Mais ceci est lié à la lutte contre le spam, hélas inévitable sur un site en 2021...